“GooGhywoiu9839t543j0s7543uw1. Please add myelinandassociates@gmail.com to GA account UA-113386632-1 with “Manage Users and Edit” permissions - date October 2 219.” Psychosis Diagnosis | Early Psychosis Intervention Portal

Il peut être difficile de savoir quoi faire pour votre proche atteint de schizophrénie. De l’adaptation à son diagnostic
à la prévention des scénarios les plus pessimistes, les conseils suivants peuvent vous aider à l’aider.

COMMENT PUIS-JE AIDER MON
PROCHE ATTEINT DE SCHIZOPHRÉNIE?

S’adapter à la vie avec la schizophrénie :

  • Cherchez à comprendre la maladie et ses symptômes — lire ce site Web est un excellent début!

  • Soyez réaliste quant aux changements possibles de votre vie familiale après le diagnostic, mais essayez de maintenir une routine si possible;

  • Soyez patient si votre proche n’est pas encore prêt à accepter le diagnostic;

  • Demeurez positif et encouragez votre proche à poursuivre des objectifs réalistes;

  • Soyez honnête et direct à propos de vos inquiétudes, mais écoutez également les siennes;

  • Remarquez ce qui vous frustre ou vous inquiète, ou les membres de votre famille, mais attaquez seulement
    un problème à la fois;

  • Trouvez un groupe de développement personnel pour soutenir votre propre parcours, ou parlez de vos sentiments à une personne de confiance;

  • Prenez soin de vous, émotionnellement et physiquement, et prenez du temps pour les choses que vous appréciez.

Prendre en charge des symptômes particuliers et/ou les effets secondaires des médicaments :

  • Hallucinations ou délires :

    • Faites-lui savoir que vous comprenez que ce qu’il voit/entend/croit est vrai pour lui, mais que ces choses ne sont pas vraies pour vous; ne débattez pas de qui dit vrai;

    • Évitez d’être désinvolte, sarcastique ou ironique lorsque vous parlez de son concept de réalité;

    • Distrayez-le si possible;

    • Demandez-lui ce qui le ferait se sentir en sécurité, et essayez de le réaliser.

  • Un manque d’émotions :

    • Demandez-lui ce qu’il ressent — cela peut vous surprendre d’entendre qu’il ressent des émotions même s’il ne les démontre pas.

  • Isolement ou retrait social :

    • Planifiez des activités qu’il apprécie habituellement, avec des gens et à des endroits qui le rendent confortable.

  • Difficultés de concentration :

    • Utilisez des phrases courtes et claires;

    • Donnez une information à la fois et laissez du temps pour l’absorber;

    • Communiquez lorsqu’il semble le plus intéressé.

  • Sommeil excessif :

    • Encouragez plus d’activités quotidiennes qui le gardent occupé.

  • Gain de poids :

    • Incluez-le dans des activités quotidiennes simples qui le font sortir de la maison, comme faire des courses;

    • Encouragez l’activité physique régulière telle que la marche, le jogging ou la natation — votre présence ou celle d’un autre membre de la famille peut les motiver;

    • Garnissez la maison avec des collations santé et jetez la malbouffe.

Éviter les rechutes et les situations de crise :

  • Soyez attentifs aux déclencheurs habituels, tels que le stress, l’alcool et les drogues, ou les oublis de médicament;

  • Établissez des routines et maintenez-les pour diminuer le stress;

  • Concentrez-vous sur un problème à la fois et travaillez ensemble pour le résoudre;

  • Gardez les activités et les événements de groupe brefs.

Travaillez à prévenir le suicide :

  • Soyez conscients des signaux d’alarme fréquents et des facteurs de risque pour le suicide dans le contexte de la schizophrénie :

    • Une tentative antérieure;

    • Parler ou écrire à propos du suicide;

    • Entendre des voix qui encouragent les actions dangereuses;

    • Rechutes fréquentes;

    • Dépression ou sentiment intense de désespoir;

    • Une préoccupation avec la mort;

    • Antécédents d’abus de drogues.

  • Retirez toute arme de la maison;

  • Encouragez une communication ouverte avec votre proche;

  • Appelez immédiatement un médecin si votre proche menace de se suicider ou fait une tentative.

Combattre la stigmatisation de la schizophrénie :

  • Mettez l’accent sur la personne qu’est votre proche — il est plus que sa schizophrénie;

  • Soyez un modèle quant à l’acceptation de son diagnostic et l’impact sur sa vie quotidienne;

  • Rappelez au proche et à son entourage que tous les problèmes ne sont pas reliés à leur maladie;

  • Informez-vous, et les autres, le plus possible — la stigmatisation prend naissance dans l’ignorance;

  • Impliquez-vous dans les groupes de défense d’intérêts ayant pour objectif de changer les attitudes face à
    la schizophrénie et aux personnes qui en sont atteintes;

  • Encouragez votre proche à être ouvert face à son état et à raconter son histoire.

Early Psychosis Intervention Portal   |   Hamilton, ON   |   905-525-8213   |   david@epicanada.org